.

.

Vendredi 19 Septembre 2014 --- : Suivez nous sur twitter: @zoomtchad. SENEGAL-CAE : Depuis plusieurs semaines, c’est la valse des mandats d'arrêt, convocations et autres : Koni Allafouza Worimi, l’actuel sous préfet de Kalaït, Nodjigoto Haunan et Goukouni Weddeye. La convocation d’abord à Ndjamena puis à Dakar adressée à Goukouni Weddeye a dû faire trembler beaucoup de personnes. Où sont-ils ceux qui ont fait éxecuter les prisonniers des Fant ? Où sont-ils ceux qui ont cautionné politiquement, contribué militairement à détruire leur pays pour le compte de la Libye ? Où sont –ils ceux qui ont dénoncé auprès des forces d’occupation libyennes des pères de familles tchadiens dont le seul tort étaient d’etre taxés de pro-habré lesquels furent arrachés à leurs familles, torturés et éxecutés ? Beaucoup d’entre eux sont à Paris, au Tchad, tranquilles ? Pour combien de temps ? Senegal: Aminata TOURE n'est plus PM du Sénégal , battue à plate couture jusque dans son bureau de vote, elle est obligée de rendre le tablier. Un an pile poil aprés avoir lancé l'enlevèment du Président HH , elle est out du gouvernement, ratatinée, humilée etvoit sa carrière politique terminée.Tchad: Boko Haram menace le pouvoir de Deby par une video .Tchad: PADARE ,bientôt devant la haute cour de justice ? On peut le penser car ce matin, l'assemblée nationale a crée une commission pour préparer la mise en accusation de PADARE , vote sur 110 députés, 105 ont voté oui , 5 se sont abstenus. Tchad-Senegal:Arrivée à 18h de Macky SALL a Ndjamena pour une visite d'amitié et de coopération comme l'a annonce la teletchad . Bizarrement cette visite du president senegalais coincide avec la presence au Tchad des magistrats des CAE et encore plus bizarrement la présidence sengalaise n' a pas mentionné cette visite d'amitié au Tchad. Encore plus bizarrement,Macky et Deby se sont vus à Paris, qu'elle est l'urgence qui justifie le bricolage d.une visite incognito. Tchad:,nous avons reçu des mails dont les auteurs ont tenu à préciser que la nomination de Haoua Acyl comme ministre ne doit rien à HINDA, bien au contraire, celle ci les a toujours ignorés.C'est Idriss DEBY qui a designe HAOUA ACYL comme ministre ,c'est la stricte verité. HInda est lâ où ,elle est ,depuis bientot 10"ans et elle a mis ses propres freres ,soeurs et tantes, dans des postes juteux .qui un jour ,a entendu parler de ses liens avec la famille de Feu Acyl Ahmat. Personne, sa jalousie est connue de tous ,ont ils souligné, et donc ,cette nomination est le fait du sultan Deby, soi meme. Rectificatif publié, on attend la reaction de l.autre camp. Fin de la morosité,en conseil de ministre , ambiance assurée. MINUSMA: 2 soldats tchadiens sont morts à Tessalit. Toujours exposés dans l'enfer du Nord Mali, seuls sans meme les fils du pays malgré la liberation annoncée en grande pompe . Seuls ,affamés et sans solde , ils se sont révoltés esperant voir la situation changée, mais rien n'y fit , l.enfer continue.Histoires d.hommes consideres par Deby comme de la chair à canon , jusqu.à quand?Remaniement ministeriel, le partage du gâteau se poursuit entre la famille des Itno et celle de Hinda. Haoua Acyl,fille du défunt Acyl Ahmat,cousine directe de Hinda ainsi que Mme Mariam Mahamat Nour, plusieurs fois, ministre auparavant mais aussi présentée comme la tante de Hinda font leur entrée au gouvernement. Parions qu'il y aura des machakils à la pelle quand on sait ce que l'on sait. Daoussa Deby , ancien ambassadeur du Tchad en Libye et frère d'Idriss Deby, est aussi, pour la première fois, nommé ministre. Dossier spécial et analyse dans quelques jours. Idriss Deby au Mali a fait un discours pompeux qui a fait sourire plus d'un, en comparant la situation vecue par le Mali à celle du Tchad avec l'attaque des rebelles en 2006 et 2008; il a degagé la responsabilite de son gouvernement de l'affaire du non paiement des salaires des militaires tchadiens à Kidal, en disant que c'etaient les NU. Des sources des NU ont fait remarqué que c'est du n'importe quoi, les salaires et les primes et autres avantages sont versés à l'Etat tchadien qui se charge de payer les salaires de ses militaires et c'est valable pour tous. Regardez en une seule lecture la vidéo sur l'interview de Mme Fatimé Raymonne Habré. Tchad : Le Parlement se voit privé de la possibilité de donner ou non son accord pour l'envoi de l'armée Tchadienne pour une intervention extérieure! Par une loi, désormais, les députés tchadiens seront tout simplement informés par le gouvernement. Nouveau tour de vis du regime. Devant les demandes formulées par les visiteurs anglophones d'une version anglaise de nos dossiers, bientôt la plupart d'entre eux seront traduits en Anglais. Affaire Habre: Saisine de la cour de justice de la CEDEAO par la defense du président HH; les chambres africaines, le rôle de Deby à la fois enquêteur, procureur,et juge au débat,la justice françafricaine à la sauce gombo sur la sellette. Devant les preuves de son enrôlement par l'Etat du Senegal, le prof - avocat avoue ce matin qu il etait bel et bien implique pour le compte du Sénégal dans l'affaire Habre ! Il fallait le dire plus tôt, et surtout informez les lecteurs en toute honnêteté ! Fusillade à l'intérieur du palais présidentiel ce soir. Il y a plusieurs blessés et morts dont un Général. Arrestations tous azimuts. La situation est très confuse à Ndjaména. --- Suivez nous sur Twitter @zoomtchad. Tchad: Deby continue son délire ,hier en recevant le president de la commission de la Cedeao , il a réaffirme son exigence de vouloir le commandement de la force des NU pour le Mali. Dossier complet dans quelques jours': le Tchad ne peut pas avoir le commandement car aucun des "generaux" de l'armee de Deby n'a la capacite de diriger une force de plus de 11000 militaires avec la mission qui lui est assignee et les enjeux politiques et géostratégiques qui s'y greffent. Un autre plantage en vue. C'est exactement ,comme la pretention de Moussa Faki d'etre Secrétaire General de l'OCI. Un délire fou, semer la terreur au Tchad,piller les revenus pétroliers,leur a fait croire qu'ils sont quelque chose hors du Tchad .-Mali: Deby a demandé le commandement de la force des NU pour le Mali qui va bientot etre constituée! Devant les réticences des NU, il s'est énervé et a menacé de retirer tout le contingent tchadien. . .. A suivre donc. ---

Le Sommet de la CEMAC qui s’est tenu du vendredi 15 au dimanche 17 Janvier 2010 a été un Sommet historique car des décisions importantes ont été prises, les cartes ont été redistribuées au sein des institutions de l’Organisation et ce fut l’occasion pour chaque pays de montrer son poids, sa force économique et de faire apprécier son rôle dans la sous région. Des moments forts où toute la communauté se réunit pour discuter et surtout croiser le fer au moment du partage des postes ; ces réunions sont aussi l’occasion pour chaque Etat membre de mobiliser ses compétences nationales, de renforcer ses arguments et de se battre pour exister et mettre en avant son leadership dans la sous-région.

Au terme de ce Sommet, le consensus de Fort-Lamy qui accordait au Gabon, le privilège du poste de Gouverneur de la BEAC a volé en éclat à cause de l’affaire du détournement de plus de 29 milliards de FCFA qui a sérieusement fragilisé la position du Gabon, mais aussi par l’absence désormais d’Oumar Bongo pour peser de tout son poids dans la prise des décisions.

La règle d’une direction tournante par ordre alphabétique a été adoptée mais curieusement ne tient pas compte de la liste des pays en totalité puisqu’on a estimé qu’il faut démarrer après le Gabon, donc c’est la Guinée Equatoriale qui a pris le poste pour 6 ans. Conformément à sa position affichée depuis plusieurs années, la Guinée Equatoriale a réussi à faire adopter le principe de la direction tournante et a même raflé le poste, démontrant ainsi son poids de pays pétrolier qui a su tirer profit de cette manne pour décoller. Ce pays a aussi eu le siège du parlement communautaire. Rappelons que le Cameroun abrite le siège de la BEAC depuis sa création, ce qui constitue une grosse part du gâteau.

Le Gabon a eu la direction de la banque de la CEMAC, la BDEAC, en contrepartie, ce qui prouve qu’il ne s’est pas laissé faire malgré le scandale des détournements. Le Congo de Sassou a pu arracher le siège d’AIR CEMAC, compagnie nouvellement créée en partenariat avec les Sud-Africains et qui doit prendre son envol début février.

Alors, qu’est-ce qu’Idriss Deby a ramené pour le Tchad ?

Rien du tout, absolument rien, Deby a même quitté le Sommet avant la fin des travaux, laissant sur place les ministres Younousmi et Gata Goulou qui se faisaient tout petits dans la salle, l’important c’est de participer comme dirait l’autre. Au moment où toutes les délégations affichaient leur satisfaction, les Tchadiens ont vu leur Président s’éclipser en douce après s’être lamentablement aplati et sacrifié une fois de plus les intérêts nationaux.

Est-ce étonnant ? Au fond, c’est quoi le Tchad de Deby ? C’est un pays qui a tout raté et qui s’est fait dribbler sur toute la ligne par les autres pays de la sous-région. Malgré la manne pétrolière, le Tchad stagne et reste toujours à la queue du peloton ; la mauvaise gestion, le manque de capacité de réflexion et d’étude, d’organisation et de coordination, bref l’absence totale d’une politique de développement cohérente a entrainé l’échec du projet pétrolier en ce qui concerne ses objectifs essentiels à savoir la réduction de la pauvreté mais aussi des retombées importantes sur l’économie tchadienne en termes d’emploi et de bien être des populations.

Dès son arrivée au pouvoir, Deby obsédé par l’extraction du pétrole a tout accéléré et accepté l’inacceptable, des contrats léonins, des pratiques d’un autre âge, avec une seule idée fixe ; que le pétrole sorte de terre, et à tout prix ! Personne n’était prêt, aucune formation technique, pas de cadres compétents dans le domaine des finances publiques ou privées, des experts nationaux pour maîtriser les procédures de la Banque Mondiale et déjouer les traquenards du consortium. Malgré le financement par cette dernière d’un volet formation, au bout de plusieurs années, les efforts du Tchad ont été estimés minimaux et peu adaptés à ce méga projet à tel point que les experts de la BM se posaient la question sur la réelle appropriation par les autorités tchadiennes de ce projet et de leur volonté d’en faire profiter leur pays. Encore fallait-il que des gens y comprennent quelque chose, leur seule préoccupation dans cette première phase était d’encaisser des commissions sur tous les contrats qu’ils signaient et de vendre par anticipation des parts du brut.

L’un des soucis majeurs du régime HH par rapport à ce projet pétrolier qui devait être mené avec le partenariat du Cameroun, consistait à tout faire pour se préparer sérieusement sur tous les plans avant de se lancer, car on avait affaire non seulement aux ogres composant le Consortium et leur alliée, la Banque mondiale mais aussi à ce pays voisin, le Cameroun mieux organisé que le Tchad sur le plan de l’administration, un pays riche doté d’importantes ressources humaines, ayant des opérateurs économiques dynamiques et expérimentés capables de se saisir de toutes les opportunités d’affaires qui seraient engendrées par le projet. Toutes les études, recommandations et autres travaux de l’époque ont été largués à la poubelle, et le résultat est aujourd’hui là : Incontestablement le clan Deby s’est considérablement enrichi, à tel point que les appétits ont sérieusement miné la cohésion de la famille, et l’histoire retiendra leur échec lamentable. Après cinq années de retours financiers de la commercialisation du pétrole, personne ne peut dire comment sont calculés les revenus dits directs couvrant la part qui revient au Tchad sur chaque baril vendu. De même, personne au Tchad n’est capable d’expliquer le montant des revenus indirects constitués par les taxes et redevances fiscales versées par les compagnies pétrolières opérant au Tchad. Plus, alors que le consortium a annoncé que la production pétrolière oscillait entre 170.000 et 200.000 barils/ jour, Idriss Deby a parlé récemment, dans une interview, de 120.000 barils / jour.

Les experts de la BM avaient relevé la mobilisation exceptionnelle des autorités camerounaises, avec le rattachement du projet à la primature, avec un comité de pilotage regroupant tous les ministères, un monitoring régulier et suivi ; alors que le Tchad se caractérisait par une instabilité gouvernementale et administrative préoccupante, une administration tchadienne quasi-inexistante tandis que la formation minimale mise en place disparaissait avec les changements et tout était à refaire.

Pour la petite histoire, afin que la région pétrolière puisse utiliser les 5% qui lui étaient affectés, on a demandé au Comité de gestion mis en place de fournir un plan de Développement Régional de sorte que les fonds soient décaissés pour financer des projets de développement de ladite région. Désemparés, les responsables tchadiens sont allés chercher un consultant étranger (qui ne connaît rien de la province et des besoins réels de la population) pour élaborer ce plan de développement !

Le Cameroun a pleinement profité du projet pétrolier tchadien, il a consolidé tous ses acquis à telle enseigne qu’il vient de lancer la centrale thermique à gaz à …Kribi. La vision de Deby était à l’opposé, là où les Camerounais pensaient Etat, Deby pensait clan, famille. L’argent du pétrole a servi à enrichir le clan Deby et ceux qui le soutiennent, des biens immobiliers en France, en Tunisie, en Malaisie, à Seattle, à Dubai , au Cameroun , au Mali, au Sénégal etc… ont été acquis à prix d’or. Des armes ont été achetées aux quatre coins du monde pour un montant classé secret défense.

Si d’un côté, le pétrole a servi à la consolidation du pouvoir, il est aussi utilisé comme une arme politique pour corrompre et dégarnir les rangs des oppositions. La politique des infrastructures est aussi une astuce pour détourner massivement les revenus pétroliers. A ce titre, Adoum Younousmi , véritable premier ministre a valablement remplacé les frères Erdimi dans cette mission de captation sauvage des ressources du pays. Ces derniers avaient mis en place la fameuse règle des trois parts. Chaque responsable placé par eux, avait la tâche de mobiliser l’ensemble des recettes générées par sa structure, de la diviser en 3 parts ; une pour Deby, une pour le clan à remettre aux Erdimi, une pour lui (le collecteur), afin qu’il soit pleinement motivé et que le système marche tout seul.

C’est ainsi qu’on a vu au ministère des finances, à des postes pointus, des gens avec un BTS, et encore ! Aujourd’hui, l’Etat tchadien, c’est qui ? La famille Itno, le clan Itno, mais aussi les belles familles des Itno; de l’épouse Hinda secrétaire particulière, au neveu directeur de cabinet civil en passant par un autre neveu CEMGA adjoint, sans oublier le fils Trésorier payeur général ,la sœur et la mère, directrices des douanes de fait, la fille régentant à sa manière les activités de fret, le frère tenant la holding du bâtiment, travaux publics et autres infrastructures, véritables pompes à fric ; ce richissime frère est par ailleurs ambassadeur du Tchad en Libye en charge de la diplomatie, mais surtout des bonnes affaires (armes, investissements libyens au Tchad etc…). Les membres des belles familles sont positionnés pour occuper des postes aux institutions sous régionales, aux directions des sociétés nationales, pour être aussi des députés, conseillers, ambassadeurs, bref, la pieuvre Itno a étendu ses tentacules sur tous les secteurs qui rapportent gros ou moins gros.

Cela donne tout sauf un Etat organisé avec des cadres compétents et motivés, une machine qui fonctionne selon des principes de bonne gouvernance, des institutions crédibles condition sine qua none pour qu’un pays avance et quand c’est le cas, vous gagnez en poids, on vous respecte et vous pouvez vous mettre en situation d’exiger des postes dans un espace économique commun. C’est cela le patriotisme économique. Au lieu de cela, les tchadiens ont un président qui se fait tantôt traiter de « Deby de boisson » par la presse camerounaise, tantôt de « connard » par Feu Bongo au sujet de l’affaire des faux billets de FCFA qui ont inondé l’Afrique centrale.

Comment être respecté quand, pour une poignée de diamants, vous vendez les fils du Tchad comme chairs à canon dans les pays de la sous-région (RCA, Zaïre, Congo-Brazza)! Comment ne pas être méprisé quand vous libérez des bandits dont vous-même, aviez déclaré haut et fort qu’ils étaient des pédophiles et marchands d’organes venus voler les enfants du Tchad !

Une dernière illustration de la pagaille institutionnelle, le gouvernement tchadien a fait savoir officiellement que trois Ministres et deux Secrétaires d’Etat étaient impliqués dans des détournements de fonds publics, que le parlement avait été convoqué pour lever leur immunité et les traduire devant la haute Cour de Justice. Dans ce cas, comment expliquer que ces personnalités soient pour certains toujours en fonction et qu’en ce qui concerne le ministre des finances, il a même assisté avec Deby au Sommet de la CEMAC ?

Après l’échec de la candidature du Tchad pour organiser les jeux de la francophonie, Deby vient d’avaler de grosses couleuvres à Bangui, d’où l’inanité et le ridicule du discours d’autosatisfaction, la gloriole selon laquelle, « Ndjamena d’aujourd’hui n’est pas celle de 1990 », c’est possible mais cela s’arrête à Ndjamena, et dans quel sens ? Quant au Tchad, celui de 1990 était un pays respecté de tous en dépit de ses moyens de l’époque et jamais un Chef d’Etat n’a pu traiter ses dirigeants de « connard » ou de « débit de boisson » ; les Tchadiens quant à eux marchaient la tête haute, en Afrique et partout à travers le vaste monde. Ceux de la génération Deby, gravement atteints par les extravagances mafieuses des « en-haut », n’ont qu’un seul mot à la bouche : « On s’en fout, on en profite et puis c’est tout… ».

 
Nombre de lecture: 1978
Imprimer Imprimer Haut de page
 

FICHE SIGNALÉTIQUE DU TCHAD

La spéciale de ZoomTchad

IMAGES DU TCHAD

caravane.jpg montagn1.jpg tchad.gif voyage-tchad-1.jpg danse tchad1.jpg tchadienne1.jpg montagn3.jpg terre-tchad-riviere-chari.jpg ounianga_kebir1.jpg montguera.jpg

VIDEOS

MUSIQUE ET AUDIO

STATISTIQUES